Rendre le droit du travail plus simple ?

0
215

A l’heure actuelle, une fois de plus on invoque le sujet délicat de la simplification du droit du travail. En effet, ce droit présente des enjeux importants qui conditionnent l’accès au pouvoir.

On a toujours voulu rendre plus simple le Droit. Mais on ne s’est jamais posé la question de savoir pourquoi il est aussi compliqué. En effet, les gens se contentent de mettre sur le tapis les mauvais effets des lois ou des décrets compliqués sans en mesurer vraiment les réelles conséquences. Si l’on a rendu le Code du travail aussi épais, ce n’est pas par caprice, mais pour offrir plus de protections aux divers droits et libertés des acteurs les plus concernées. La vraie question qui se pose donc a consisté à savoir s’il faut donc sacrifier donc la protection accordée par la loi sociale afin de rendre plus facile sa propre compréhension.

L’utilité de la complexification du droit

Il y a ce vieux principe cher au juriste qui dit : « Dura lex sed ex » (la loi est dure, mais c’est la loi). Cela nous rappelle que même si la loi est aussi rude, elle demeure un mal pour un bien. Les diverses formalités et procédures s’établissent dans le souci de rendre plus effectif un principe de fond. De même, les dispositions simplifiées seront toujours sujettes à interprétation lorsqu’elles présentent des lacunes. Elles donnent ainsi naissance à de nombreuses jurisprudences qui ramèneront les choses au statu quo. La meilleure solution qui reste à la disposition des contribuables consiste à s’offrir les services d’un avocat à la survenance d’un différend. Ce dernier se dote d’une autorisation de représentation dans toute procédure dans laquelle le droit à la défense s’applique. De même, certains possèdent une grande expérience dans la médiation et le négoce comme catherine kiman.

La véritable solution qui s’offre aux salariés pour défendre leur droit

D’ailleurs, plus le droit devient complexe, plus les avocats trouveront des solutions hors contentieux pour résoudre une affaire. Il semble que le législateur lui-même encourage les recours aux règlements privés des affaires non pénales. Si l’on continue même dans cet élan, le juge ne statuera plus que pour les cas des infractions. Il est donc indéniable que ces auxiliaires de justice fournissent un travail considérable dans la mise en place d’une justice équitable. De plus dans le droit des affaires, les transactions et les arrangements en tous genres sont monnaie courante. L’Avocat devient le premier professionnel vers qui le justiciable se tourne en cas de problème judiciaire grave. Il apporte des solutions dans un délai bref tout en laissant ouverte la voie du contentieux. Il joue également un rôle d’intermédiaire dans le bon déroulement du dialogue collectif entre les groupements de salariés et d’employeur.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY