Chasseur immobilier : un métier qui influence le marché

0
896

Inconnu il y a encore quinze ans, le métier de chasseur immobilier s’est invité discrètement sur la scène avant de s’imposer à la force des bras. En proposant un service dédié à l’acheteur, il a subtilement modifié l’équilibre du marché immobilier, jusqu’à grignoter de plus en plus d’influence sur les agences traditionnelles. Dans un contexte de hausse des prix et de saturation de l’offre, le chasseur immobilier a su faire valoir ses nombreux atouts.

Un chasseur sachant chasser

Si le métier de chasseur immobilier a vu le jour aux États-Unis, il est parvenu à s’implanter rapidement en France au cours des années 2000, dans un contexte de hausse généralisée des prix de la pierre qui s’est faite au détriment des acquéreurs.
Selon la loi du 2 janvier 1970 relative aux opérations immobilières, le chasseur et l’agent immobilier ont grosso modo le même statut. Mais contrairement à l’agent qui travaille pour le compte du vendeur ou du propriétaire d’un bien, le chasseur immobilier, lui, est au service de l’acheteur. Il contribue ainsi à rééquilibrer le jeu entre celui qui vend et celui qui souhaite acquérir, en stabilisant et en renforçant la position de ce dernier, via ses missions :

• Le chasseur recherche des biens immobiliers qui correspondent à la demande de son client, auprès des professionnels comme des particuliers ;
• Il opère une sélection, organise les visites, négocie les prix, propose des aménagements, trouve les entrepreneurs qui pourront prendre en charge les travaux, etc. ;
• Il accompagne personnellement son client de bout en bout : depuis la définition du besoin jusqu’à l’entrée dans les lieux ;
• Il apporte un conseil objectif, car il se veut neutre et n’a d’intérêts pour que l’acquéreur.

Le chasseur immobilier tire à vue sur le marché

Comment le métier de chasseur immobilier, malgré son jeune âge, parvient-il à influencer le marché ?
Parce qu’il apporte la lumière dans un territoire opaque. Il est peu dire que le marché immobilier est saturé dans les grandes villes françaises, Paris en tête. La demande a explosé sans que l’offre augmente. Trouver l’appartement ou la maison de ses rêves dans les grandes agglomérations relève plus que jamais du parcours du combattant.
De plus, il est devenu extrêmement complexe de gérer à la fois son emploi du temps personnel (vie professionnelle, vie de famille, loisirs) et la recherche d’un bien immobilier avec tout ce que cela implique de temps perdu à feuilleter les annonces, constituer des dossiers, visiter des logements qui dans 99% des cas ne correspondent pas à ses désirs, négocier, etc. Sans parler des tarifs prohibitifs, résultats de plusieurs décennies de trust du pouvoir par les agences immobilières traditionnelles.
En réponse à cette concentration des pouvoirs, le chasseur immobilier évolue librement dans un marché qu’il maîtrise sur le bout des doigts. En court-circuitant les agences immobilières, il offre à l’acquéreur de :

• Chercher un bien parmi une offre pléthorique, constituée à partir d’un maillage local. Les chasseurs immobiliers de Parisearch soignent ainsi leur carnet d’adresses pour obtenir l’exclusivité sur des biens : agences, promoteurs, particuliers, gardiens d’immeubles… ;
• Visiter un appartement ou une maison dans des délais extrêmement brefs, réduisant le risque de passer à côté d’une bonne affaire ;
• Découvrir des biens qui ne sont pas encore sur le marché ;
• Devenir propriétaire à des prix plus justes, négociés par un intermédiaire qui connaît parfaitement la valeur des biens, voire en dessous des prix du marché pour des biens décotés par exemple.

De sorte que le chasseur immobilier contribue à libéraliser le marché, et réveille un secteur qui s’était endormi sur ses lauriers en or massif.
Après avoir grimpé doucement, mais sûrement, les échelons du secteur, le chasseur immobilier s’est désormais élevé au rang de star. La preuve : une émission de télévision lui est désormais consacrée, pilotée par le Roi de l’immobilier sur le petit écran, Stéphane Plaza !